Produits de Campanie

À propos des produits de la Campanie, c’est ce que Settimia Cincinnati a écrit dans Mangiamo così.
Éditions Delfino – Naples, 1977


Cuisine médiocre, celle de la Campanie, mais fantaisiste et épicée: elle n’a pas de magnificence de viande, mais elle est pleine de légumes, elle n’a pas la poussée de la gourmandise, mais elle jouit de simples et je dirais des combinaisons pleines d’esprit. Devant le somptueux steak florentin de dix-sept grammes, la tranche de pain “paysan” à la tomate et à la feuille de basilic n’en est pas moins impressionnante en goût et en odeur.

Mais quelle richesse végétale dans ce qui était autrefois la Campanie Felix! Que de vie dans la “spaselle” débordante de poissons amenés à terre par les chalutiers et les lampes! Quelle simplicité arcadienne dans les produits laitiers nés peut-être dans les grottes de l’homme des cavernes et maintenant endémiques dans le monde entier! En tant que monument aux macaronis, “la nourriture divine”!

Voici nos trésors: homards de Ponza, huîtres de Fusaro, tomates et poivrons de l’agro nocerino, châtaignes, noix et noisettes d’Avellinese, produits laitiers de Salerne, citrons, huile et beurre de Sorrento , les anchois salés de Cetara, les cèdres de Sapri, les melons de Marigliano, les figues et les olives du Cilento, les fraises d’Afragòla, les pommes de Melizzano, les pêches de Calvizzano, les oignons de “della Rocca” de Cicciano, le tòtani de Capri, le capocollo de Montesano et Mugnano del Cardinale, l’ail de Nola … puis une mer de légumes – pois, fèves, fèves vertes, courgettes, asperges, chou-fleur, artichauts, citrouilles, pois chiches – légumes de toutes sortes du brocoli au basilic, une gloire d’orangers et de vergers et d’oliviers dans tous les coins de la Campanie.

Voici les bonbons, les nougats, les liqueurs de Bénévent, le nocillo triomphant et les centres conventuels; voici les grands vins chers à Horace et Apicius; produits laitiers de bufflonne errant dans la plaine du Pesto et dans la région du Giuglianese … que demander de plus? Les pâtes, désolé si c’est peu: les macaronis, les vermicelles, les très chers fusilli car toujours travaillés à la main, avec aiguille à tricoter; des pâtes de toutes formes et tailles, créées avec l’imagination et l’or de Naples, c’est la sobriété innée et la patience de notre peuple.

Et n’oublions pas les enfants, les cochons, les lapins, la volaille, tous les bovins de la série B qui donnent également à la Campanie de délicieuses et célèbres saucisses.

C’est ce que nous avons voulu rappeler à ceux qui liront ce livre dédié avec amour à la terre qui nous a vu naître et dont nous ne cesserons d’apprécier les dons.